La Paroisse du Ségala-Limargue
Au cœur de notre paroisse, il y a une histoire, une mission et des visages. Cette page désire à vous présenter qui nous sommes, une communauté de chrétiens engagés, unis dans la Foi, l'Amour et le Service.
Une Communauté guidée par la Foi
Notre grande paroisse a été confiée depuis septembre 2022 par notre évêque, Mgr Laurent Camiade, a un prêtre soixantenaire d'une trentaine d'année de ministère, dont la famille paternelle est originaire d'Aynac
  • Père Xavier LARRIBE
    Prêtre de la Paroisse en Ségala Limargue
    Le Père Xavier Larribe a été ordonné prêtre à 33 ans, après 5 ans d'études dans une Université Pontificale de Rome, au sein d'une petite Communauté religieuse dans laquelle il a passé près de 25 ans. Il a exercé son ministère en Italie, en Picardie, au Québec, en Normandie et maintenant dans le Quercy . Il est Curé de notre Paroisse depuis septembre 2022.
    Contacter le Père Xavier
L'engagement de nos Diacres
À ses côtés, deux diacres permanents apportent leur appréciable soutien. Tous les deux originaires du cru (Ste Colombe et Les Bessonies), ils sont les piliers de notre action communautaire, s'impliquant activement dans la vie paroissiale et servant de pont entre les enseignements de l'Église et les besoins de notre communauté. Leur rôle est essentiel dans la transmission de la parole de Dieu et dans l'accompagnement de chacun sur son chemin spirituel.
  • Jean Marie POUJADE
    Diacre Permanent de la Paroisse
    A sa retraite, Jean Marie Poujade a décidé de se mettre au service de Dieu. Après 4 ans d'études, Il a été ordonné Diacre le 23 juin 2013. Il est missionné par l’évêque dans le groupement pour la charge des EPHAD, du Service des Malades, et il s'occupe aussi des agriculteurs et des foyers en difficulté. Il accompagne un groupe de prière mensuel. Son ministère le porte à célébrer des Sacrements (Baptême, Mariage) et à les préparer, à célébrer des funérailles (sans Messe) et à porter la communion aux malades.
    Contacter Jean Marie Poujade
  • Patrick TEULET
    Diacre permanent de la Paroisse
    Patrick Teulet a fait toute sa carrière professionnelle dans le Puy-de-Dôme. Tout jeune retraité, il a décidé de revenir au pays, avec son épouse Catherine. Son ordination au diaconat, après bien des années de préparation, a eu lieu le 14 juin 2015, au service du diocèse de Clermont-Ferrand. Il a senti d'être "interpellé par l'Église et de donner sa vie pour la multitude". C'est le sens du service, le désir de se tourner vers les autres qui lui confère beaucoup de joie.
    Contacter Patrick Teulet
Une Communauté vivante et engagée
Mais "notre Paroisse" ne se résume pas à notre Clergé. Nous sommes vous, moi, nous tous – une famille de Foi rassemblée pour partager, apprendre et grandir ensemble. Chaque membre de notre communauté apporte sa pierre à l'édifice, enrichissant notre paroisse de sa propre lumière et de ses talents uniques.
If a building becomes architecture, then it is art
Une Communauté sur un territoire du Quercy
Notre Paroisse s'étend sur plus de 360 km² dans le Haut-Quercy exclusivement sur les micro-régions du Ségala et du Limargue. Elle est constituée de 28 Communes et comprend 30 églises, avec une population de 8.400 habitants
Le Ségala (zone orange sur la carte) : Il s'étend au nord-est du Lot et constitue le parent lotois du Ségala aveyronnais et tarnais, avec lequel il partage le nom et les terres siliceuses. Sa géologie et son relief (jusqu'à 800m d'altitude), ainsi que son climat plus froid et plus humide que le reste du département, le rapproche plus de l'Auvergne que du Quercy, constituant les contreforts du Massif Central. Les champs de la région du Ségala sont nommés dans le sud Massif central des ségalas comme à chaque fois que ce type particulier de terre est rencontré. C'est une terre siliceuse acide sur laquelle on ne pouvait cultiver qu'une céréale peu exigeante : le seigle, dont elle tira son nom (segal ou sigal en occitan).

Le Limargue (zone verte) : Étroite bande de terre qui dépasse rarement les 10 kilomètres de largeur, le Limargue se caractérise par ses sols de calcaire, de marne, d’argile tendre et parfois de grès. Elle est aujourd’hui une terre fertile qui semble hésiter entre les plateaux secs des Causses et les bois de châtaigniers du Ségala. L’opulence de ses villages médiévaux cohabite avec ses paysages de champs agricoles, de collines rondouillardes et de vallons ouverts.
Elle est traversée par l'Alzou, l'Ouysse, le Francès (qui traverse Lacapelle-Marival) et le Célé.

Toutes nos églises
nous vous présentons les 30 églises qui constituent l'ensemble paroissial confié aux soins du Curé résident à Lacapelle-Marival
collégiale ND de l'Assomption - Lacapelle-Marival
Selon les origines, une chapelle Notre Dame est mentionnée en 1146 (La Capelle) comme annexe de l'église de Saint-Maurice. Elle était d'architecture romane.
Après la construction du château (XIIIe s.), la chapelle fut agrandie et les Seigneurs demandèrent à y être enterrés.
L'église gothique apparaît au XVe s. puis, vers la moitié du XIXe s., elle est modifiée et agrandie. C'est ainsi qu'elle se présente à nous aujourd'hui.
L'église est essentiellement un lieu de célébrations chrétiennes sous la responsabilité du curé, assisté d'animateurs et de délégué(e)s paroissiaux.
Vous pouvez vous y rendre pour prier ou pour la visiter. Elle est ouverte chaque jour de 9h. à 17h. La Messe dominicale y est célébrée le dimanche à 11h.
Liste des derniers Curés de Lacapelle-Marival :
1803 Lagarde, 1862 Viguié, 1871 Landes, 1883 Vassal, 1908 Martel, 1918 Faurel, 1956 Arpaillange, 1969 Galtié, 1984 Vigié, 2011 Rigal
+ de photos
église St Martin - Anglars
En arrivant dans le bourg, on est saisi par l'importance du clocher, qui est un bel exemple d'art roman primitif.
La nef de l'édifice à été remaniée à la fin du XVIIe s.
Principales étapes de construction
"De l'église romane subsiste la tour-clocher qui peut dater de la fin du XIIe siècle ou du début du XIIIe. L'église aurait été endommagée pendant la guerre de Cent ans et pendant les guerres de Religion. Elle aurait été en grande partie reconstruite vers 1620, ce que confirmeraient les armoiries mi-parties des Corn et des Turenne d'Aynac qui timbrent une clef de voûte du bas-côté nord : les travaux auraient été commandités par Mercure II de Corn, seigneur d'Anglars, et sa seconde épouse Suzanne de Turenne d'Aynac. L'édifice serait un bel exemple de construction gothique au début du XVIIe siècle. Les voûtes détruites de la nef et du choeur auraient été remplacées par un plafond au XVIIIe siècle." @ Patrimoines Midi-Pyrénées
Histoire et dates importantes
"Un prieuré de moines bénédictins est attesté à Anglars en 972, quand il est uni à l'abbaye de Fons, dépendant de l'abbaye Saint-Sauveur de Figeac. Après la guerre de Cent ans, le prieuré est réduit à un simple bénéfice réservé aux religieux de Fons.
Le faux-appareil peint de la nef est signé et daté Galtié J. 1954."

L'église, qui a été restaurée récemment, a retrouvé sa beauté d'antan !
Quelques cérémonies religieuses sont prévues chaque année, pour la fête patronale, la Toussaint et diverses autres circonstances.
Liste des derniers Curés d'Anglars :
1803 Dessès, 1828 Vigouroux, 1847 Francoual, 1855 Delprat, 1892 Viroles
+
église St Géniès - Aynac
En arrivant dans le bourg. la magnifique église romane d'Aynac vous accueille.
On parle de l'église de " Accinnato " dans le testament du comte Raymond (961).
Le titulaire est saint Geniès, comédien martyr ou évêque de Clermont (?)
La paroisse revint ensuite au chapitre de Cahors au cours du XIe s.
Le Pape Pascal II la mentionne dans une bulle de 1106.
A la Révolution, Aynac fut érigé en canton et la paroisse rattachée à Thégra et Bio.
Aujourd'hui, on peut y admirer un bel ensemble de maître-autel et de tableaux.
Liste des derniers Curés d'Aynac :
1803 Castanié, 1828 Souiry, 1843 Lescure, 1873 Bouygues, 1892 Pomarel, 1898 Delvert, 1914 Salinié, 1920 Rougié, 1962 Souiry
+
église ND de la Nativité - Les Bessonies
L'église dédiée à Notre-Dame de la Nativité est construite en 1736 sur un terrain donné par Monsieur De Bessonies procureur du Roi en la cour Royale de Figeac.
La chapelle forme aujourd'hui le bas-côté et a été remplacée par une tribune dépendant du château.
Liste des derniers Curés des Bessonies :
1828 Lherm, 1846 Fabié, 1848 Domergue, 1861 Labro J., 1893 Labro U., 1932 Lavergne
+
église St Saturnin - Le Bourg
Il s'agit d'une église romane fortifiée du XIIe s. qui dépendait de l'abbaye saint Géraud d'Aurillac. Elle porte aussi le nom de Marie-Madeleine.
Le bâtiment a subi divers dommages au cours de siècles et ne sont visibles que quelques arcatures et des chapiteaux ornés.
A proximité, on peut observer des sarcophages en pierre, témoins de l'ancien cimetière mérovingien.
En 1969, après le départ du dernier curé André Verdier, la paroisse est rattachée à Lacapelle-Marival.
Liste des derniers Curés du Bourg :
1803 Blanc, 1828 Combarieu, 1846 Marty, 1850 Layral, 1864 Layral J., 1884 Layral JT, 1824 Labro U., 1950 Verdier
+
église Ste Radegonde - Bouxal
A Bouxal l'église Ste Radegonde qui appartenait à la commanderie de Latronquière.
L'église de Bouxal existait au XI Vème siècle, elle fut remaniée au XVIème et au XVIIIème siècle.
Possède une belle croix sculptée.
Liste des derniers Curés de Bouxal :
1803 Delsouc, 1828 Bladou, 1857 Lartet, 1858 Maniols, 1882 Carreyroux, 1902 Estivals, 1907 Vermande, 1920 Jauliac, 1931 Teyssédou
+
église Exaltation de la Sainte Croix - Le Bouyssou
Le Bouyssou possède une église de style roman très austère, classée du Xll siècle. Elle n'a qu'une nef, à double travée, terminée par le sanctuaire voûté en cul de four allongé, couronné de sept arcades.
Les colonnes sont à chapiteaux ornés d'un décor en méplat de feuillage, tresses, lianes (de tradition Carolingienne). La base des colonnes est ornée de bourrelets et torsades. Le clocher trapu, carré, avec quatre ouvertures ornées de colonnettes et de chapiteaux s'élève sur les murs de la nef. Les chapiteaux de l'intérieur non historiés, sont recouverts d'entrelacs grossiers et primitifs. Le mur de l'abside est orné à l'étage des fenêtres d'une rangée d'arcatures assez élégantes comme ceux des églises. En latin le nom est Buixurno, Boyssonis de buisson ou Buxorn, Boychorn, puis Bouyssou, Buxon, Boissons etc... l'église Sainte Croix du Bouyssou était de l'archiprêtré de Figeac ainsi que celle de Mialet. Toutes deux faisaient partie de la congrégation foraine de Fons et Mialet formait une paroisse à part tandis que Saint Bressou était une seule paroisse avec Le Bouyssou. Le Bouyssou et son annexe étaient à la collation de l'évêque ainsi que la chapelle de Mialet.
Liste des derniers Curés du Bouyssou :
1803 Serres, 1828 Masbou, 1864 Marty, 1865 Layral, 1872 Dommergue, 1879 Amadieu, 1902 Carrayrou, 1920 Galtié
+
église St Julien - Cardaillac
L'église St Julien de Cardaillac a été reconstruite au XV° siècle sur les murs de l'ancien prieuré roman de St julien fondé par l'abbaye de Figeac auprès d'une source sanctifiée (attestée en 1146) et ruiné par les protestants. Une chapelle St Thomas, dans le Fort, ancienne chapelle seigneuriale attestée également en 1146 a été détruite de même par les protestants pendant les guerres de religion. Il faut signaler ici que la branche locale des Seigneurs de Cardaillac étant protestante les Cardaillac-Lacapelle étant seule restée fidèle au catholicisme. Le nom de cette seigneurie, une des plus importantes du Quercy n'apparaît qu'au Xl° siècle, c'est un document qui nous montre Hugues de Cardaillac rendant hommage au comte de Toulouse, dans l'abbaye de Moissac en 1604, mais le document est suspect.
A la fin du XI° ou au début du XII° on trouve un évêque Géraud de Gourdon.
Liste des derniers Curés de Cardaillac :
1803 Terringaud, 1828 Auzuech, 1846 Cabrolié, 1855 Génot, 1857 Pech, 1858 Durand, 1901 Maigne, 1913 Boussac, 1921 Marty, 1942 Cocula, 1952 Cancès
+
église St Martin - Espeyroux
La discrète et petite église d'Espeyroux surgit à un carrefour de villages.
Elle faisait partie à l'origine de la paroisse de Saint-Maurice.
La paroisse d'Espeyroux (lous peyroux) fut érigée en 1859 et l'église fut construite en 1862. La commune quant à elle n'apparaît qu'en 1877.
Au village de Lasvios il y eut une chapelle qui fut bâtie par demoiselle Suzanne de Cazard et Maître Jean de Laval.
Le dernier curé d'Espeyroux, l'abbé Counord, resta jusqu'en 1963.
Liste des derniers Curés d'Espeyroux :
1862 Issoulié, 1901 Fenouil, 1915 Tournié, 1923 Counord
+
église Notre Dame - Gorses
Le village et son église sont cités dans la charte apocryphe de la fondation de l'Abbaye de Figeac par Pépin le Bref en 755, puis dans un cartulaire de l'Abbaye de Conques.
En 1156, l'église, dédiée à Notre-Dame, fait donc partie des possessions de l'Abbaye de Figeac.
A la fin du XIIe siècle, elle aurait été donnée à la commanderie templière fondée à Latronquière, mais certains historiens attribuent à la commanderie une origine hospitalière directe.
L'église Notre-Dame de Gorses date du XIIe siècle et même si elle a été remaniée au cours des ans elle possède encore de jolis chapiteaux.
Au dessus de l'ouverture menant à la chapelle nord, dans une niche, se trouve la statue de Notre- Dame de Verdale. C'est celle qui fut sauvée de l'incendie de la chapelle en 1793 par un habitant de Peyrusse.
Liste des derniers Curés de Gorses :
1803 Calmettes, 1826 Calmettes, 1860 Destruel, 1898 Pradeyrol, 1900 Paramelle, 1924 Taurand, 1938 Couderc, 1971 Castagné, 1984 Lherm
+
église ND de l'Assomption - Labastide-du-Haut-Mont
L'église, à nef unique, est prolongée à l'est par une sacristie quadrangulaire plus étroite correspondant à un ancien choeur dont l'arc triomphal a été muré. Deux fenêtres en arc brisé peut-être remployées ouvrent dans l'élévation nord dont les maçonneries sont très remaniées. Au sud subsistent les vestiges d'une importante arcade condamnée qui ouvrait sans doute sur une chapelle latérale. L'ancien choeur quadrangulaire est couvert par une croisée d'ogives dont les branches toriques reposent maladroitement sur des consoles disposées en biais. La clef de voûte cruciforme est ornée d'un fleuron.
Deux chapiteaux sculptés de grande taille sont placés sur un côté de la placette aménagée devant le portail, avec une cuve également sculptée qui pourrait avoir été une cuve baptismale.
Liste des derniers Curés de Labastide-du-Haut-Mont :
1851 Lagarrigue, 1895 Lacam, 1898 Four, 1904 Marty
+
église de l'Assomption - Labathude
Labathude possède deux églises :
L'église primitive, au village même de Labathude qui daterait du Xllème siècle et est en ruines.Elle a été abandonnée à la suite d'un long conflit, actuellement elle est en cours de restauration.
Une église récente fut construite au début du XXème siècle à la Remise, bien moins excentrée et plus accessible sur l'axe traversant la commune.
Liste des derniers Curés de Labathude :
1803 Souillac, 1828 Vinel, 1863 Vinel, 1872 Montillet, 1875 Molinié, 1878 Ferrand, 1910 Asfaux, 1913 Teyssédou
+
église St Jean-Baptiste -Latronquière
La paroisse appartient au moins depuis 1146 à l'abbaye Saint-Sauveur de Figeac (Clary, 1986). De l'église de la fin du 12e siècle ou du début du 13e siècle
Pendant les guerres de religion (1570-1590), très disputées en Quercy, une grande partie des habitants de La Tronquière, devenus protestants s'étaient emparés du château et avaient abattu l'église paroissiale. La chapelle des commandeurs servit d'église paroissiale après le départ des Réformés (1571)
Liste des derniers Curés de Latronquière :
1803 Bouffet, 1828 Cassanhe, 1846 Cassanhe, 1864 Garrigue, 1891 Lherm, 1941 Caveille, 1947 Sillié, 1950 Mamoul
+
église St Laurent - Lauresses
Un nom à la consonance des lauriers (laurus) ou de la louange (laus), Lauresses des origines latines : Laurensanis, Laurinssas, Lauressas, Lausesis , le nom formé de Laurentius, Laurent, martyr est Saint patron de l’église.
Une église sur les hauteurs (611m d’altitude) à la jonction de divers territoires
- En 1318, l’évêque de Cahors fit passer l’église de Lauresses sous la dépendance de l’abbaye de Figeac, union confirmée par le Pape en 1347 (ref Abbé CLARY,1986. Dictionnaire des paroisses du diocèse de Cahors).
- Entre 1056 environ et 1798, pendant une période la Commanderie des Hospitaliers de St Jean de Jérusalem de Latronquière s’étendait jusqu’au pied de l’église de Lauresses. Une Croix de Malte marquait la limite avec le fief de Lauresses.
- Avant la révolution, l’abbé « commendataire », c’est -à-dire, administrateur et non pas homme d’église, de l’abbaye de Maurs, faisait prélever la rente et la dîme par le curé de Lauresses.
- En 1764, lors de la crise janséniste, juste avant la révolution, un différend se fit jour avec le « parti parlementariste », où le curé de Lauresses, Jacques Louis de Bramarie de Haute-Rive refusa le serment. Cette crise amena à l’exclusion des jésuites rivaux des jansénistes, puis le clergé redevint « agent du roi ».
- En 1810, pour l’élargissement du chemin traversant le bourg, la croix de Malte fut déplacée et, adossée à l’église.
- Le bénitier en pierre serait celui de l’ancienne église qui était édifiée au même endroit.
- Le cimetière se situait au chevet de celle-ci. L’emprise de ce cimetière marque encore de sa forme arrondie la bordure de l’enclos au chevet de l’église actuelle, au bord de la route D29 qui traverse le bourg.
- L’église actuelle porte la date 1895 sur une pierre à l’entrée extérieure de la chapelle-sud, Saint-Laurent.
- Après Vatican II (1962-65) l’autel face au peuple fut fabriqué en bois, par M. CALMEJANE du hameau du Puech
- Les dernières restaurations de l’église ont été effectuées par la municipalité conduite par le Maire, Pierre LAGARDE, du vivant du dernier curé résident, Noël LACAM.
Un territoire qui reçoit des curés régulièrement, au 19e et 20e siècles
1867 Jean-Gabriel TAURAND, né à Lauresses, qui a commandé un vitrail portant son nom.
1909 Jean-Baptiste, Émile GRÈS, qui fit édifier la sacristie, moment où la croix de Malte fut mise sous couvert probablement, année où fut également réparé le clocher.
1948 Louis DELRIEU. En témoignage de sa bonhommie, les sorties des enfants de chœur récompensés par une semaine avec sa 2CV légendaire. Il mourut en 2000.
1969 Noël LACAM, tirant son prénom du jour de sa naissance le 25 décembre. Il mourut à Lauresses en 1998. Dernier curé de Lauresses. Ensuite l’église de Lauresses fut rattachée au regroupement paroissial de Latronquière.
Un territoire qui a vu naître de nombreux prêtres à Lauresses au 19e et 20e siècles
   Antoine MANIOLS 1829-1882
   Jean-Pierre MAZARGUIL 1834-1893
   Joseph LACAM 1837- 1916
   Jean ESCOUROU 1843- 1884
   Antoine PARAMELLE 1844 - 1924
   Augustin LANDES 1845-1924
   Jean COSTES 1865-1920
   Jean TILLET 1865-1918
   Joseph LACAM 1866-1942
   Jean-Gabriel TAURAND 1866-1938
   Jean-Marie, Saturnin, FOUR 1868-1938
   Pierre-Antoine, Louis PARAMELLE 1881-1951
   Frédéric JAULIAC 1884-1958
   Clément JAULIAC 1888-1977
   Arsène LANDES 1891-1966
   Noël LACAM 1905-1977 qui a revitalisé N-D de VERDALE
   Amédée, Jean CAMBOU 1914-1970
   Gabriel CASTAGNÉ 1927, des nôtres à ce jour .
   Marcel CASTAGNÉ 1930 - décembre 2019

+
église St Eutrope - Leyme
A l'origine, l'église fut construite pour remplacer celle des religieuses cisterciennes (dont l'abbaye fut fondée en 1213). Le bâtiment actuel date de 1854.
En entrant dans l'édifice, on peut y voir un remarquable maître-autel baroque
(fin XVIIe s.) qui date de l'ancienne église abbatiale.
Quelques belles toiles sont également à découvrir : Annonciation, descente de croix, vénération de saint Eutrope, la Sainte Famille.
L'église est ouverte tous les jours par une employée de la Mairie.
On peut s'y rendre aussi pour prier.
Liste des derniers Curés de Leyme :

+
église St Martial - Mialet (St Bressou)
Description architecturale
Église orientée bâtie selon un plan allongé.
Elle ne possède pas de porche. Elle est surmonté d'un clocher de type fry. Elle se compose d'un vaisseau, de deux travées en alternance avec des contreforts. on peut également voir une chapelle greffée sur les murs est et ouest du transept inscrit. Le chevet est de forme semi-circulaire.
La nef est couverte de voutes d'arêtes et le chœur d'une voute rayonnante.
Les travées sont délimitées par des arcs doubleaux.
La toiture de la nef en bâtière et celle du chœur en croupe est couverte de tuiles.

Epoque et styles
XIXème

+
église St Pierre - Molières
Cette église, dont la nef a été refaite après la guerre de cent ans, possède un choeur roman voûté en cul de four allongé.
Plus tard, au moment de la Réforme, le dessus de la nef fut organisé en refuge fortifié. On peut y voir encore des meurtrières, côté sud.
A voir : un très beau retable baroque, provenant de l'église des Récollets à Saint - Céré (il y fut transporté après la Révolution).

+
église St Julien - Le Montet
A Bouxal l'église S
+
église St Martial - Rudelle
A Bouxal l'église S
+
église de l'Assomption - Rueyres
A Bou
+
église St Martial - Sabadel-Latronquière
A Bouxal l'
+
église St Brice - St Bressou
A Bouxa
+
église ND de la Nativité - St Cirgues
A
+
église St Jean-Baptiste - Ste Colombe
A Bouxal l
+
église St Hilaire - St Hilaire
A Bouxal
+
église St Maurice - St Maurice-en-Quercy
A Bouxa
+
église St Médard - St Médard-Nicourby
A Bouxal l'église St
+
église St Pierre-ès-liens - Terrou
A Bo
+
église St Martin - Thémines
A Boux
+
église St Christophe - Théminettes
A Bouxa
+
Toutes nos églises
nous vous présentons les 30 églises qui constituent l'ensemble paroissial confié aux soins du Curé résident à Lacapelle-Marival
collégiale ND de l'Assomption - Lacapelle-Marival
Selon les origines, une chapelle Notre Dame est mentionnée en 1146 (La Capelle) comme annexe de l'église de Saint-Maurice. Elle était d'architecture romane.
Après la construction du château (XIIIe s.), la chapelle fut agrandie et les Seigneurs demandèrent à y être enterrés.
L'église gothique apparaît au XVe s. puis, vers la moitié du XIXe s., elle est modifiée et agrandie. C'est ainsi qu'elle se présente à nous aujourd'hui.
L'église est essentiellement un lieu de célébrations chrétiennes sous la responsabilité du curé, assisté d'animateurs et de délégué(e)s paroissiaux.
Vous pouvez vous y rendre pour prier ou pour la visiter. Elle est ouverte chaque jour de 9h. à 17h. La Messe dominicale y est célébrée le dimanche à 11h.

+ de photos
église St Martin - Anglars
En arrivant dans le bourg, on est saisi par l'importance du clocher, qui est un bel exemple d'art roman primitif.
La nef de l'édifice à été remaniée à la fin du XVIIe s.
L'église, qui a été restaurée récemment, a retrouvé sa beauté d'antan !
Quelques cérémonies religieuses sont prévues chaque année, pour la fête patronale, la Toussaint et diverses autres circonstances.

+ de photos
Nous contacter
Nous sommes ici pour vous écouter et vous accompagner. Que vous souhaitiez en savoir plus sur nos activités, demander une prière, ou partager vos pensées et vos questions, notre paroisse est toujours ouverte.
+33635114630
lacapellemarival@gmail.com
Presbytère
248, Rue du Moutier
46120 Lacapelle-Marival
Nous contacter
Nous sommes ici pour vous écouter et vous accompagner. Que vous souhaitiez en savoir plus sur nos activités, demander une prière, ou partager vos pensées et vos questions, notre paroisse est toujours ouverte.
+33635114630
lacapellemarival@gmail.com
Presbytère
248, Rue du Moutier
46120 Lacapelle-Marival
Made on
Tilda